Incendie de l’Amazonie : Un signal pour le bassin du Congo

Depuis le mois de juillet, l’un des poumons de la planète est menacé par d’immenses flammes. Les animaux sont en débandade, les plants vont en fumée.

La catastrophe interpelle les Etats du Bassin du Congo. C’est le deuxième massif forestier tropical après l’Amazonie. Il se distingue par sa biodiversité exceptionnelle. 30 millions de personnes y vivent et dépendent de ses ressources.

Pour la planète, la région joue un rôle important dans la régulation du climat à cause de son potentiel en matière de séquestration du carbone.

bassin du congo
Une vue du bassin du Congo

Par conséquent, l’incendie qui ravage la forêt Amazonienne est un signal pour les pays qui constituent le bassin du Congo : le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo, la République démocratique du Congo et le Gabon.

Les menaces qui pèsent sur le bassin du Congo sont de plusieurs ordres : fauniques, florales, etc.

Entre 2000 et 2014, le massif forestier du bassin du Congo a perdu 16,6 millions d’hectares. La situation est due davantage à l’action des petits exploitants et à celle des grandes compagnies.

La solution réside dans la mise en place de politiques adaptées et l’assistance aux populations rurales. Ici, l’exploitation artisanale du bois est au centre de la réflexion. Du coup, les mesures de préservation adoptées par les Etats gagneraient à être mise en place.

Hervé Ndombong

3 réflexions sur “Incendie de l’Amazonie : Un signal pour le bassin du Congo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s